Johnny Impact parle de son but dans la fédération, les rumeurs et plus

Johnny Impact (John Morrison) de la Lucha Underground et Impact Wrestling, s’est récemment entretenu avec Ring Rust Radio, et est revenu sur son arrivée à Impact:

 »Je suis en contact avec des gens de la TNA et GFW depuis longtemps. Big John Gaburick, Taz, Lagana, Jarrett, m’ont bien dit que c’était une belle opportunité et que je n’allais rien manquer ailleurs en signant à la GFW. C’est un accord qui a aussi été passé avec la AAA car je suis toujours à la AAA et Lucha Underground, et désormais je serais à Impact et sur Pop TV tous les jeudi. Tout semblait très bien, pas comme la dernière fois où j’avais été approché. J’ai l’impression d’avoir le droit de faire un gâteau et de la manger.  Un gâteau de protéines peut-être avec de la glace paleo sur le côté, parce que vous savez comment je me sens au sujet des glucides. J’ai une dent sucrée. C’est la seule chose à laquelle je suis accroc, et ce n’est pas si grave si on regarde tout ce à quoi on peut être accroc. Et je sais que si je mange de la glace, le lendemain matin je suis à la salle. »

Beaucoup de grands talents ont fait le succès d’Impact, comme AJ Styles, Kurt Angle ou Sting. Avez-vous pour projet d’être celui qui construira un nouveau succès?

 »Oui, c’est pour cela que je suis venu. Je crois que je peux apporter ma réputation à Impact. J’ai toujours tenté, peu importe où j’étais, d’avoir des matchs de qualité. J’ai été à la télévision pendant dix ans avec la WWE, et j’ai voyagé à travers le monde avec la AAA et Lucha Underground. Je pense qu’un gars comme moi est tout ce dont une fédération a besoin, et j’en suis aussi excité car lorsque je vais quelque part, je fais en sorte d’être le n°1, le main event. Je pense que j’aide la fédération, et ça me donne envie d’y passer du temps.

Quelles sont les différences entres les différents vestiaires où vous-êtes allé?

 »J’aime vraiment le vestiaire de la GFW. C’était tellement cool pour moi de revoir Chris Masters. Nous sommes allés à la même école élémentaire à Los Angeles, mais on ne s’est pas connus à l’époque. Nous étions vraiment proche à la OVW quand il est arrivé en 2004. Il y a aussi Moose et Trevor Lee, avec qui je suis devenu ami dans des fédérations indépendantes comme la Pro-Wrestling Evolve. Ensuite, il y a Bobby Lashley qui est un autre superman de la OVW. Lashley, Masters et Eli Drake me rappellent beaucoup Rob Conway parfois, la façon dont il parle, marche et catche. C’est cool car je crois qu’Impact avait besoin d’une évolution, et je le ressens face aux foules. Ils veulent des programmes qui vont plus vite, des coups plus durs, ils ont consommé tellement de catch qui a fonctionné auparavant, que le même ne fonctionne plus aujourd’hui. Vous devez toujours innover, et c’est ce dont Impact avait besoin. »

Il y a beaucoup de rumeurs et de choses dites sur la GFW. Comment cela vous affecte-t-il en tant que talent?

 »Un des meilleurs conseils que j’ai reçu dans ce business, je l’ai obtenu de Matt Cappotelli qui a fait face à tant de choses, tant de difficultés, d’adversité et qui est toujours resté positif. Son meilleur conseil fut de me dire de s’inquiéter seulement des choses que l’on peut contrôler, ne pas s’inquiéter de ce qu’on ne peut toucher car ça rend fou. J’ai pris ce conseil, en disant que ce que je peux contrôler, est ce que je fais dans le ring, ma façon d’être, mes cheveux, mon bronzage, mais pas de savoir si la fédération va être vendue, va changer de diffuseur etc. Je suis devenu bon pour ne pas me soucier de ces choses. »

Catégories
Interviews

Laisser une réponse

*

*

RELATED BY