Connect with us

Histoires de Catch

Histoires de catch #7 – Le jour où John Cena a sauvé un mariage et couché Chris Jericho

Published

on

Chris Jericho est décidément une grande source de bonnes histoires, et nous en apprend un peu plus sur son comportement et celui d’autres talents en dehors du ring. Dans sa troisième autobiographie, The Best in the World: At What I Have No Idea, Y2J raconte une journée particulière passée avec John Cena:

 »La WWE programmait mon retour depuis une semaine avec de magnifiques vidéos où ils utilisaient des images du Download (Festival), dans lesquels Fozzy ressemblait au plus grand groupe de la planète. La foule était donc prête à me revoir. J’ai commencé le show en faisant une promo avec Cena, le public réagissait comme si j’étais babyface. La promo s’est très bien passée, comme notre match en main event, c’est toujours cool de travailler avec lui, et c’est aussi toujours cool de boire quelques cocktails ensemble, donc on est sorti dans un bar après le show pour fêter cette bonne soirée. La nuit s’est terminée de manière assez improvisée et ce n’est pas tout le temps le cas lorsqu’on sort ensemble.

Je ne bois pas tout le temps (malgré ce que beaucoup d’articles de ce livre peuvent rapporter), mais quand je me laisse aller c’est très rare que quelqu’un me surpasse surtout quand le Yeah Boy est de sorti. Que ça me plaise ou non, quand je bois avec Cena, j’ai l’habitude de perdre. »

Article lié – A voir ou revoir

https://www.catchpresse.com/2017/07/13/histoire-de-catch-4-les-anecdotes-alcoolisees-de-chris-jericho/

 »Ma pire défaite contre Cena remonte à quelques années lors d’une tournée en Alaska, d’ailleurs malgré le froid qui était bien en dessous de zéro, il ne portait que ses shorts en jean sans jamais s’en plaindre. Mais bref après un show à Anchorage, nous sommes allé dans un bar pour nous réchauffer, et c’était assez chaud. Il y avait beaucoup de fans autour de nous, et Cena a commencé à conseiller un jeune couple en difficulté, en leur donnant des conseils conjugaux comme un Dr. Phil. Ils ont écouté attentivement, et après une recherche approfondie de leur âme avec le Dr John, ils ont convenus qu’ils étaient fait l’un pour l’autre et ont abandonné leur procédure de divorce. Le mariage était sauvé, et nous sommes allé dans ma chambre pour quelques derniers verres.

Une fois en haut j’ai ouvert la porte et c’est la dernière chose dont je me souvienne, avant de me réveiller habillé et sous ma couette quelques heures plus tard. Je n’avais aucune idée de ce qui s’était passé et j’ai failli hurlé lorsque j’ai vu une ombre assise dans le coin de la pièce. En regardant mieux j’ai réalisé que c’était Cena, qui buvait encore avec mon Ipod dans les mains. Dans un dernier show de domination de boisson, John avait enlevé mes chaussures et m’avait couché, et il était en train de boire MA bière, en écoutant MA musique. Cena 1 – Y2J 0 »

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Histoires de Catch

Histoires de catch #27 – Retour sur le Monster Truck de Stone Cold Steve Austin et la construction du segment

Published

on

Stone Cold a beaucoup fait dans l’histoire de la WWE, et a notamment crée de très nombreux angles mémorables dont on ne se lasse toujours pas de revoir. Tout le monde se souvient de cet instant en coulisses, où Austin a débarqué au volant d’un Monster Truck afin de détruire la magnifique Lincoln de The Rock. Un instant historique dont la construction et l’exécution furent néanmoins très dangereuses:

 »Je ne savais pas conduire un Monster Truck et me voilà dans le parking en train de conduire un Austin 3:16 Monster Truck. » a-t-il révélé dans son podcast The Steve Austin Show.  »C’était une Dodge badass avec un moteur à l’alcool et au méthanol et 1800 chevaux. Mais bref, j’ai appris à le conduire pendant 15 à 20 minutes dans le parking. Il faut savoir que je peux conduire n’importe quoi en quinze minutes. Ne me prenez pas pour un con, je peux le conduire.
Donc on y est, on arrive en direct. Je reçois mon signal et je cours vers ce truc. En suite il y aura un autre signal pour que je conduise ce truc dans l’arène. Je me rend à la porte de derrière et je reste dans une salle d’attente entourée de rideaux. Le Monster Truck était tellement bruyant, et ce moteur de 1800 chevaux lâchait tellement de fumée. Donc me voilà dans cette pièce et ils ferment la porte derrière moi. Il y avait une pause de trois minutes pour la pub, donc pendant que les gens chez eux regardaient la pub, j’étais dans cette pièce, à l’intérieur d’un camion, en train de respirer des fumées de méthanol et d’alcool. Je pouvais à peine respirer. Je priais pour que le show reprenne pour que je charge vers le public et respirer de l’air frais.
Je respire toutes ces fumées putain, alors que je m’apprêtais à défoncer la porte à 157km/h et montrer mon cul dans l’arène, et s’ils ne m’avaient pas envoyé le signal à ce moment, j’allais crever.
Donc j’y suis allé et ils avaient mit cet espèce de tapis. L’un des caméraman était sur ce tapis et quand j’ai donné un coup de pédale, le gros cul du Monster Truck a craché et arraché le tapis en dessous, le gars a volé. J’étais mort de rire mais heureusement il n’étais pas blessé. »

Ce Monster Truck était donc plutôt dangereux mais surtout fait pour détruire la voiture de The Rock, qui avait coûté cher à Vince McMahon, comme l’a déclaré Bruce Prichard dans le podcast Someting to Wrestle:

 »Vince était un tel maniaque, et voilà la différence entre lui et les autres. Jerry Briscoe avait une nouvelle et belle Lincoln Town Car, que l’on aurait pu reprendre pour quoi, 5000$. Il aurait pu la prendre et la repeindre pour la faire paraître comme une nouvelle à 50.000$. Avec du polish elle aurait brillé, car il faisait nuit. On allait pas faire un tour avec. Vince est allé en chercher une neuve pour que The Rock puisse arriver avec et se la faire écraser. » Amoureux du détail, Vince a donc préféré dépenser plus pour une toute nouvelle voiture à 30.000$ selon Steve Austin, qui sortait bien de chez le concessionnaire le jour-même, et dont l’espérance de vie fut donc assez courte.

Continue Reading

Histoires de Catch

Histoires de catch #26 – Le renvoi de Cm Punk le jour de son mariage

Published

on

Le départ de Cm Punk en 2014 fut un énorme choc mais son départ après le Royal Rumble 2014 ne fut pas son renvoi officiel, ce dernier est en effet arrivé quelques mois plus tard, le jour de son mariage, un fait qu’il a avoué à son ami Colt Cabana dans le Art of Wrestling podcast:

 »Le jour de mon mariage j’ai reçu un FedEx par la poste. C’était la fin de mon contrat, j’étais viré. Alors, prenez ça, tous ceux qui disent que je dois être… je suis plus calme sur Twitter. J’ai été viré le jour de mon mariage, c’était calculé, délibéré. Même si je rigolais et ne voulais pas que ça affecte ma journée, je me disais ‘encore une fois, tu as poussé trop loin; tu as poussé le mauvais gars.’ Je veux dire… prenez Vince McMahon, qui veut m’embrasser pour faire ses adieux avec les larmes aux yeux qui dit  »oh on est de la famille » et putain il me vire le jour de mon mariage… Cette lettre était ridicule. Ça disait un truc du genre ‘votre contrat est résilié, vous perdez tous vos droits de redevance, vous êtes en rupture de contrat à partir du 27 janvier, ce qui, je ne suis pas un putain d’avocat mais je sais qu’on ne peut pas réclamer d’une rétro rupture, tu vois ce que je veux dire? Si j’étais en rupture de contrat le 27 janvier, le 28 janvier, ils devaient se dire  »vous êtes en rupture de contrat, nous ne vous donnons pas vos royalties ». Et j’aurais dit   »hein, super, bien, je vais rentrer à la maison parce que j’ai cette infection staphylococcique que vous refusez de traiter et de diagnostiquer, plus j’ai cette commotion cérébrale et j’ai besoin de temps, au moins un an, et vous ne me la donnez pas. » Alors au final j’ai juste rigolé devant ça. »

Lors de la même interview, Punk avait également avoué que la WWE lui interdisait d’apparaître à l’UFC:

 »Il y avait une grande clause de non compétitivité, nommant spéciallement Ultimate Fighting Championship. Je me disais ‘D’accord, d’accord. Mais ils ne sont pas en concurrence avec la WWE.’ Mais dans ma lettre et celle de Del Rio, la clause dit ‘tu ne peux pas aller à l’UFC’ mais ils ne sont pas de la concurrence. Pourquoi le faire?
Faisons une histoire plus courte. Je travaillais un peu mes jambes pendant quinze minutes donc j’avais du temps à perdre. J’ai appelé un gars, un avocat vicieux de L.A, et j’ai dit ‘voilà le topo, voilà mon histoire, voilà qui je suis. Je vais partir en lune de miel, je vous rappelle quand je rentre.’ Et il disait ‘Ok super, faisons tomber ces enfoirés.’ Et on l’a fait. Nous avons juré et nous avons eu ces enculés. Et la seule chose dont je ne peux pas parler c’est les termes du règlement. Je ne pense pas que je vais avoir des ennuis pour dire que j’ai eu tout ce que je voulais, et un peu plus après. Il y a toute cette merde au sujet du jeu vidéo, c’était une connerie de me faire de la publicité pour le jeu vidéo. Comme, 2K Sports a tweeté sur moi ‘est-ce que j’ai votre attention maintenant?’ Eh bien, 2K Sports, est-ce que j’ai votre putain d’attention maintenant? Merci pour le bon gros chèque. »

 »Ils ont essayé de faire toute cette merde farfelue où ils m’ont demandé si je voulais faire une déclaration commune, j’ai dit ‘vas te faire foutre’. Ils ont essayé de jeter une clause de non-dénigrement dans laquelle les deux parties ne parleraient pas négativement de l’autre et j’ai dit, par l’intermédiaire de mon avocat, évidemment: ‘Je n’ai pas dit un mot depuis mon départ. Vous êtes les enculés qui vont à la télévision et m’appellent un lâcheur dans ma ville natale. Donc, si vous voulez aller à la télévision dans ma ville natale et vous excuser et dire que vous avez menti, que je n’ai pas démissionné, que vous m’avez viré le jour de mon mariage, vous verrez comment ils réagissent, et alors je reconsidérai à signer une clause de non-dénigrement.’ Mais je n’avais pas non plus l’intention de faire cette grande tirade anti-WWE. Et si quelqu’un pense que c’est ce que c’est, ce n’est vraiment pas moi, c’est juste moi qui raconte mon histoire. S’il y a des parties négatives et amères, ça fait partie de la putain de vie.[…] Ils ne cessaient de dire ‘nous savons que votre client va à la TNA, nous savons que vos clients vont à la TNA, et toute le monde dira  »fuck WWE et ceci et cela » et mon avocat disait ‘je vais vous dire maintenant, mon client ne va pas à la TNA. Il méprise absolument le catch professionnelle et il ne veut rien avoir à faire avec. Il dit qu’il ne va plus jamais catcher.’ Et ils ont juste continué à essayer d’obtenir ces petites choses. Parce que … vous savez, ce sont des tyrans. Même s’ils perdent, ils veulent essayer de sentir qu’ils ont gagné quelque chose. Donc, quand vous voyez mes trucs sur Shop Zone maintenant, c’est parce qu’ils ont une quantité de marchandises déjà produite que je leur permets de vendre parce que, je ne sais pas, peut-être qu’il y a un fan là-bas en Indonésie qui veut des gants. Ils peuvent les obtenir maintenant et je reçois mes redevances pour ça, tout va bien. Mais il n’y a pas de relation de travail et il n’y en aura plus jamais. »

Un retour de Cm Punk à la WWE est une chose quasiment impossible vu les relations qu’il a entretenu avec Vince McMahon ou Triple H. Une histoire plutôt connue, mais l’histoire entre Punk et la WWE va continuer, puisque son procès face au médecin de la WWE Chris Amann n’est pas terminé.

Continue Reading

Histoires de Catch

Histoires de catch #25 – Quelques anecdotes sur André the Giant racontées par trois Hall of Famers

Published

on

La légende d’André the Giant n’est plus à prouver et des centaines d’anecdotes existent sur cet homme devenu légende, premier WWE Hall of Famer, qui n’était malgré tout par fait pour ce monde. Au fil des années, de nombreuses personnes ont raconté des anecdotes sur André, en voici quelques unes, dont la première racontée par Ted Dibiase:

 »C’est l’histoire la plus drôle, on allait au Japon. C’est un vol de quatorze heures d’Atlanta, ou de New York, ou de Dallas, à peu près n’importe où, jusqu’au Japon. André est assis en première classe, et André assis en première classe c’est comme moi assis dans une voiture maintenant, vous savez, vous êtes coincé dans le siège, vous n’êtes pas à l’aise. Donc, nous descendons de l’avion et maintenant c’est une nouvelle heure pour atteindre la ville. Nous arrivons à l’hôtel, on dépose nos bagages et on s’en va chercher quelque chose à manger. J’appuie sur le bouton de l’ascenseur et il commence à descendre, sauf que cet ascenseur s’arrêtait à chaque étage et des gens n’arrêtaient pas d’entrer. Le Japon est un petit pays avec beaucoup de monde, donc quand vous et moi considérons qu’un ascenseur est plein, là bas ça ne l’est pas. Il y a une chose à savoir sur André, il n’aime pas être entouré de monde, et il venait de sortir d’un vol de quatorze heures, cloîtré dans un petit siège, et là il est dans une chambre d’hôtel normale selon nos standards, mais pas pour lui, et dans cet ascenseur des gens n’arrêtaient pas d’entrer. Il est dans l’ascenseur et les gens continuent à monter. Il a tendu la main et m’a tapé sur l’épaule ou la jambe et j’ai levé les yeux vers lui, il m’a fait un clin d’œil et a sourit. J’ai dit: «Ok, il va se passer quelque chose.» Je regarde droit devant moi et tout d’un coup, le Géant sort le pet le plus fort et le plus long que je n’ai jamais entendu de ma vie. Je me souviens que j’étais là à me demander quand il allait se terminer, et ça continuait encore. Le pauvre gars qui était derrière lui, qui évidemment, se tenait au niveau de ses fesses, prenait tout. Je peux vous dire que lorsque l’ascenseur s’est arrêté, les gens sont sortis aussi vite que possible, c’était un exode. Tout ce que vous pouviez entendre c’était le Géant criant ‘Ho, ho, ho, ho, ho.’, et je rigolais si fort que je ne pouvais plus respirer. C’était un moment classique d’André. »

Le WWE Hall of Famer, récemment décédé, Bruno Sammartino, avait partagé ses pensées sur André the Giant d’une manière plutôt émotive:

 »J’ai rencontré Andre pour la première fois quand il avait peut-être 19, 20 ans. J’étais en tournée en Australie et depuis l’Australie, je suis allé en Nouvelle-Zélande pour quelques matches, et il était là. Vous voulez entendre quelque chose de drôle? Vous savez combien il mesurait, et on faisait le même poids pourtant. C’était dans les années 60. Je pesais 122kg (270 pounds), et André à peu près pareil. Il ressemblait à un joueur de baseball, il était si grand. Je ne l’ai pas vu pendant des années. J’étais à Montréal, Canada peut-être quatre ou cinq ans plus tard, quelque chose comme ça, et quand je l’ai vu, je ne savais pas que c’était le même gars parce qu’à ce moment-là, il pesait plus de 180kg (400 pounds). Puis, quand il a commencé à faire le tour du Nord-Est, à Baltimore, par exemple, nous allions à Little Italy. Nous avions l’habitude de sortir dîner. André aimait traîner au bar. C’était un homme qu’il ne fallait pas tenter de suivre.
Je peux honnêtement dire que je n’ai jamais beaucoup bu. Je pouvais boire quelques bières, ou en bon italien, un ou deux verres de vin pendant le dîner, mais c’était tout. André pouvait boire beaucoup plus. Il n’aimait pas être seul, alors j’avais l’habitude de lui tenir compagnie. Pour être honnête, je l’aimais beaucoup, mais je me sentais mal pour lui en même temps. À certains moments, il me frappait pour être un homme solitaire qui avait juste besoin de compagnie… »

Arnold Schwarzenegger a lui aussi partagé une anecdote sur André, qui s’est déroulée au Mexique:

 »Andre the Giant – qui était un très bon ami à moi – et [la légende du basketball] Wilt Chamberlin, sommes sortis plusieurs fois à Mexico City pendant le tournage du second Conan. Ils plaisantaient tous les deux sur qui pourrait me soulever le plus facilement, ils me faisaient passer pour une mouche. A cette époque je commençais à très bien gagner ma vie, c’était le premier film où j’ai eu un million de dollars, alors je me sentais comme un gros coup. André était le plus généreux. Wilt Chamberlin était bon marché, non? Il était toujours pince-sans-rire – mais André voulait toujours payer le dîner. Alors, un jour, j’ai dit: «Je reviens tout de suite …» et je me suis faufilé pour donner ma carte de crédit au serveur. J’ai dit: «Ne laissez pas André ou quelqu’un payer – peu importe combien il se plaint. Je vais payer… » Donc de toute façon, je suis revenu à la table et je me suis assis et à la fin le serveur est venu et m’a donné l’addition à signer. Tout d’un coup, André a hurlé: ‘NOOOO… TU ME MET VRAIMENT EN COLÈRE ARNOLD…’

Il m’a soulevé et bien sur, Wilt l’a rejoint ‘Oh oui je veux payer’. Ils m’ont tous les deux sortis du restaurant, les gens paniquaient, et ils m’on assis sur le toit de ma voiture garée devant. C’était vraiment une scène marrante. »

A voir également –

HISTOIRES DE CATCH #2 – ANDRÉ THE GIANT ET SON INCROYABLE SOIF D’ALCOOL

Continue Reading

A la une