Cody Rhodes parle de son nom détenu par la WWE, la volonté de se poser et plus

Cody Rhodes a été interviewé par le Sports Illustrated (Extra Mustard) et est revenu sur plusieurs sujets, dont le fait que la WWE ne lui permette pas d’utiliser son nom  »Rhodes » ailleurs:

 »Je vais vous dire quelque chose que je n’ai jamais dit, je m’en fiche que la WWE ait prit mon nom de famille. Au fond j’aimerais bien le récupérer, et j’ai des plans pour le faire, mais c’est quelque chose d’être Cody déjà. Plus je n’ai pas de nom de famille, mieux je me porte. La WWE ne demande pas une rançon, non, c’est littéralement une propriété intellectuelle qui peut facilement être corrigée. Je suis Cody et je vous promet que le futur sera meilleur que le présent. »

A propos de son travail pour différentes promotions indépendantes:

 »Je suis prêt à prendre une décision. C’était fun de parcourir tout ces rings mais j’ai besoin de me trouver un nouveau chez moi. Ça limitera les distances que je couvre, ce qui inclut le travail que j’ai fait avec des fédérations comme Limitless, Defy ou All Pro Wrestling, il y a même une fédération à Kolkosa, Michigan ou je catche et qui s’appelle Mr.Chainsaw. Si vous voyez mon nom sur n’importe quel show venez, je ne sais pas combien de temps encore je vais pouvoir bouger. »

Cody est également revenu sur ses débuts dans le monde du catch en tant qu’arbitre, aux côtés de son père, lorsqu’il était adolescent:

 »Je n’étais jamais autorisé à arbitrer un des matchs de mon père. Il avait d’ailleurs l’habitude de me donner les combats d’Abdullah the Butcher, ou ceux avec des tables ou des chaises, en gros les combats qui allaient partout dans la salle. J’étais tellement terrifié par Abdullah the Butcher, et j’ai arbitré un de ses matchs qui s’est terminé dans le camion qui transportait le ring. Il avait fermé les portes et à un moment il a été le seul à en sortir. Je me souviens juste lui avoir soulevé le bras, on a jamais vraiment parlé tous les deux. »

Catégories
Interviews

Laisser une réponse

*

*

RELATED BY