Interview de Dolph Ziggler par CatchPresse

Interview de Dolph Ziggler par CatchPresse

Interview réalisée en face à face dans les coulisses du Forest National à Bruxelles. Merci à Green House Talent pour nous avoir donné l’opportunité de rencontrer Dolph Ziggler.

CatchPresse: Tout d’abord on a appris que Chyna vient de nous quitter, avez-vous un souvenir à propos d’elle ?

Dolph Ziggler: Déjà en tant que fan, elle faisait des choses qu’aucune autre femme ne faisait, elle combattait les hommes et remportait des titres ce qui était juste incroyable, surtout dans l’ère attitude où tellement de choses cools se passaient. Elle a été une pionnière dans son domaine pour les femmes d’aujourd’hui.

CP: Qu’est-ce qui vous a donné envie d’être catcheur ?

DZ: En fait je n’en savais rien, car j’ai toujours pensé que je n’étais pas assez grand. Quand j’avais 5 ans je suis allé à un show de la WWE avec mon père pour la première fois, en sortant je lui ai dit  »plus tard je veux faire ça ». Deux mois plus tard j’ai commencé à faire de la lutte amateur, puis je suis entré au lycée avec toujours en tête ce rêve d’arriver à la WWE, puis à l’université et je voyais Kurt Angle s’en sortir plutôt bien, donc je pensais que si je battais quelques records dans la lutte cela pourrait m’ouvrir les portes de la WWE. Donc quand j’ai été diplômé de Kansas State, j’étais le lutteur le plus titré, à cette époque la WWE recherchait des gens crédibles donc j’ai eu de la chance de pouvoir passer un essai.

CP: Aujourd’hui vous avez accomplit beaucoup de choses à la WWE, remporté le titre poids-lourd, Intercontinental, le Money in the Bank, donc quel est votre but maintenant ?

DZ: C’est assez intéressant. Comme ça je dirai le WWE World Heavyweight Championship, c’est le but de tout le monde ici, et si ça ne l’est pas, alors pourquoi es-tu ici ? Ça a toujours été un but et si jamais je n’y arrive pas je saurai tout de même que j’ai tout fait pour y arriver. Mon but maintenant n’est pas à propos des titres, ou de l’histoire mais de faire de mon mieux à chaque fois que je vais dans ce ring, donner aussi de mon expérience aux jeunes, donner ce que j’ai reçu mais toujours voler le show.

CP:  »Steal the Show » a d’ailleurs toujours été votre catchphrase

DZ: Oui, on me l’a donné uniquement parce que ça arrivait chaque soir. C’était vrai. Chaque opportunité qui m’est donné, j’essaye d’en faire quelque chose et de faire tout ce je peux.

CP: Comment arrivez-vous à organiser votre emploi du temps avec tout les shows auxquels vous participez, vos voyages à travers le monde, avez-vous assez de temps pour voir votre famille ?

DZ: Oh non non non, je ne vois personne! Justement à cause de mes voyages dans le monde et à travers les USA. Quand je parcours les USA j’arrive quand même à voir des amis, si je suis en Californie j’appelle mes amis de la région pour que l’on se voit etc.. Si je veux voir ma famille j’essaye d’organiser quelque chose plusieurs mois à l’avance, mais c’est souvent rapide car le soir je dois partir dans une autre ville, ce n’est vraiment pas facile.

CP: Vous avez donc parcouru le monde, il y a-t-il beaucoup de différences entre les fans américains et les autres et aussi à propos du catch en lui-même?

DZ: Bien sûr il y a une différence à propos du  »produit »catch entre ici et les USA. Mais en ce qui concerne les fans, les américains sont plus difficile à satisfaire et se plaignent plus, ils se disent  »Eh, on était là il y a deux mois déjà ». Mais quand on vient quelque part seulement deux fois par an, ou même une seule fois, il y a beaucoup plus d’excitation. Les gens viennent, comme ici par exemple, afin de nous voir en personne surtout, donc on veut à chaque fois vous donner un grand show en retour pour tout le soutien que vous nous donnez. Ce sont vraiment les meilleurs moments, le public est beaucoup plus excité pendant ces tournées et nous aussi on adore aller partout.

CP: Donc ce n’est pas que vous préférez mais vous adorez vraiment venir en Europe.

DZ: Absolument, même si on est crevé, on parcoure les routes, les fuseaux horaires mais quand on arrive dans le ring devant tout ces fans, ça vaut le coup.

CP: Quelle est votre endroit préféré en Europe ?

DZ: Je vous retourne la question, quelle est votre endroit préféré en Europe?

CP: L’Angleterre, pour les bières, et parce que j’y ai passé pas mal de temps.

DZ: La bière, parce qu’il n’y a pas de bonne bières ici à Bruxelles ?! (rires.) Mais je me souviens de cette arène, j’y étais il y a dix ans avec le Spirit Squad, je ne fais pas toujours les mêmes tournées, mais c’est toujours amusant de revenir ici et de se dire qu’on y a déjà des souvenirs, c’est vraiment un de mes endroits préférés.

CP: Récemment on a pu vous voir dans le film Countdown avec Kane, c’est la première fois que vous avez un premier rôle, est-ce que vous voulez faire plus de films ?

DZ: Oh oui. J’ai déjà du écrire et tourner beaucoup de contenu avec le show Dowload sur Youtube il y a quelques années. En y repensant les vidéos étaient assez nulles et cheap, mais tous les samedis et lundis je devais écrire des monologues, les blagues donc j’ai pu avancer grâce à ça, c’était quand même un show assez drôle. Plus tard on a pu faire des petits clips sur Comedy Central, donc tout ce que j’ai fais m’a amené vers autre chose. Il y a des gens qui n’aime pas le film, d’autres qui n’aiment pas me voir catcher à la WWE, mais généralement j’ai reçu des critiques plutôt positives sur le film. On a travaillé dur et j’en suis assez fier. Avoir des critiques positives sur internet est assez dur, tout le monde déteste tout.

CP: Nous n’avons pas vu le film encore, seulement des extraits, et simplement de voir ça c’est vraiment très intéressant de vous voir dans un tout autre domaine.

DZ: Oh oui c’était vraiment fun de se retrouver dans un tout autre univers. J’ai eu quelques semaines pour apprendre le script, m’entraîner des heures tous les jours. Comme pour le catch je veux être le meilleur, quand je prendrai ma retraite je veux être connu comme étant le meilleur, pas forcément celui qui a eu le plus de titres mais celui qui travaillais le plus et était l’un des meilleurs dans ce ring. Dans ce film je suis entouré de pros donc j’ai du travaillé d’avantage, et détrôner le Miz de son statut.

CP: Vous êtes meilleur que le Miz je pense.

DZ: Tout le monde le pense ! (rires)

CP: Durant toutes ces années on vous a souvent vu aux côtés de Divas, comme Lana ou AJ Lee, n’est-ce pas trop difficile d’être aussi populaire avec les filles ?

DZ: C’est une bénédiction et une malédiction !(rires) Le mauvais côté est que, quand vous êtes assez beau garçon, vous devez en montrer encore plus dans le ring. Mais si on pense que je suis beau maintenant, alors avant j’étais largement mieux ! Ce nez a été cassé sept fois, cette bosse sur la tête vient de Sheamus, mes dents ont été cassées trois fois, donc si on pense que je suis bien maintenant, fallait me voir à l’université. (rires)

CP: Donc vous préférez être seul ou avec une partenaire ?

DZ: Je suis bien maintenant. Je suis ouvert à toutes les propsitions après. J’aimerai vraiment travailler avec Eva Marie.

CP: Ah je comprend.

DZ: Oui mais pas pour les raisons auxquelles vous pensez ! (rires). Je trouve ça juste tellement intéressant de voir les fans la huer tout le temps, qu’importe ce qu’elle fait, ils ont comme une tension électrique envers elle. Pour l’instant j’aime travailler pour moi, je suis ouvert à des propositions pour avoir un manager ou être dans une équipe, je dis pourquoi pas il faut voir, ou même travailler avec les jeunes, comme Baron Corbin. Il a dû me frapper la tête contre le sol trois fois cette semaine, comme il est nouveau on ne sait pas à quoi s’attendre avec lui.

CP: Vous aurez peut-être un match à Payback contre lui.

DZ: C’est bien parti pour. Je ne crois pas que cela ai été annoncé encore, ce sera pour moi une chance de me retrouver dans le ring avec lui pour un vrai match.

CP: Dernière question, si vous deviez donner un conseil à un jeune qui veut devenir catcheur plus tard, qu’est-ce que ce serait ?

DZ: Je lui donnerai le même conseil que je donne à mes deux petits frères. Qu’importe ce que tu veux devenir, pompier, éboueur, ou le plus grand catcheur de tout les temps, si tu travailles plus que tout les autres, à la fin de la journée tu sais que tu as tout ce que tu as pu pour atteindre ton but.

Merci à Dolph Ziggler pour sa sympathie et son accueil.

About The Author

1 Comment

  1. Pingback: La WWE met l'ambiance au Forest National ! (WWE Live) - Catch Presse

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *